La fin de la maison avec jardin, une nécessité environnementale?

La magazine Reporterre en ligne s’intéresse à la construction des pavillons individuels et analyse la pertinence du modèle face au changement climatique. Il constate que la moitié des logements en France sont des habitations individuelles et que l’étalement urbain persiste malgré le fait que la ponction de ces terres arables endommage l’écosystème.

Un article à lire absolument!

Chez Xyleo, nous favorisons la surélévation comme moyen d’endiguer l’artificialisation de nouvelles terres tout en offrant la capacité de développer du logement et de la surface supplémentaire

Extraits choisis du reportage:

« Le modèle à l’ancienne du pavillon avec jardin dont on peut faire le tour n’est plus soutenable et nous mène à une impasse » « Ce modèle d’urbanisation qui consacre à chaque espace une fonction unique, qui dépend de la voiture pour les relier, constitue une impasse écologique, économique et sociale. » Avec ces mots, prononcés en octobre 2021 lors d’un discours consacré à la consultation citoyenne « Habiter la France de demain », Emmanuelle Wargon — la secrétaire d’État à la Transition écologique, chargée du Logement — a provoqué des réactions agacées chez certains professionnels de la construction.

Chaque année, 30 000 hectares d’espaces naturels, agricoles et forestiers sont artificialisés.

Cela a de nombreuses conséquences négatives sur l’environnement. Le groupe de réflexion La Fabrique Écologique les a listées dans une note, en octobre 2021 : « Diminution des espaces naturels, agricoles et forestiers »« pollution accrue de l’air et de l’eau liée aux activités et aux écoulements »« rupture des continuités écologiques indispensables à la vie de la faune et de la flore »… De plus, l’imperméabilisation des sols augmente les risques d’inondation.

nantes-2

Vue aérienne de Saint-Sébastien-sur-Loire, commune limitrophe de Nantes. Géoportail – issu du reportage Reporterre